Magazine Les 3 Vallées

Klébert SILVESTRE, gardien des abeilles noires

 

Dans sa jeunesse, Klébert Silvestre était berger en montagne.
Ses deux grands-pères possédaient des ruches d’abeilles noires, abeille typique de la région.
Arrivé à40 ans, et après avoir pas mal voyagé puis été accompagnateur en montagne, il a senti la nécessité d’un retour à la nature, et notamment celle de travailler les abeilles noires, les mêmes que ses grands-parents.
Possédant la fibre écologiste de longue date, il perçoit déjà à la fin des années 1990 l’absurdité d’acheter des abeilles qui ne soient pas locales.
Apiculteur étant un métier saisonnier, pratiqué une fois l’été venu, Klébert Silvestre, par ailleurs président du Centre d’Études Techniques Apicoles de Savoie (CETA) et vice-président de la Fédération européenne des conservatoires de l’abeille noire, est également pisteur secouriste l’hiver.

 

UNE ABEILLE FABULEUSE

Très présente dans la vallée de la Tarentaise, l’abeille noire est « rustique, économe et capable de passer six mois sous la neige durant l’hiver » explique Klébert Silvestre. Peu importe que les saisons soient bonnes ou pas, elle produira toujours du miel de façon régulière. Le danger qui la menace est dû aux apiculteurs qui achètent massivement des insectes et essaims étrangers.
Ces abeilles viennent ensuite hybrider les reines abeilles noires et font perdre à la colonie son adaptabilité au territoire de haute montagne. Pour lutter contre ce fléau, un conservatoire de l’abeille noire, doté d’un rucher de fécondation, a été créé, en partenariat avec le Parc national de la Vanoise, dans la Vallée des Encombres dans la Vallée des Belleville afin de procurer des souches d’abeilles noires aux apiculteurs des vallées isolées.
Des vallées suffisamment éloignées pour espérer repousser les hybridations dont sont déjà victimes bien trop de vallées alentour. « Il est difficile en France d’avoir une réglementation assez dure pour limiter ce fléau » se désole d’ailleurs Klébert Silvestre.

UNE MAISON DÉDIÉE

Inaugurée en décembre 2019, la Maison de la nature et de l’abeille noire s’est donnée pour mission de raconter, via un parcours sensoriel et interactif, l’histoire de cette abeille présente sur le territoire depuis des milliers d’années. Et bien sûr d’expliquer pourquoi il est si important de la préserver. Le lieu est conçu pour les enfants comme pour les adultes. Klébert Silvestre se félicite de la sensibilisation provoquée auprès des consommateurs de miel locaux. Désormais, lorsqu’ils en achètent, la plupart demandent si c’est bien « du miel d’abeille noire ».

 
 

Crédit photo : Yann ALLEGRE / OT Les Menuires

 
Ca vous intéresse aussi...

Très grand ski : 10 pistes à déposer sur son CV

Les 10 pistes incontournables des 3 Vallées à tester de toute urgence ! ⛷
En savoir plus
Publié il y a 1 mois
Conseils échauffement adrien théaux

Échauffement : les 10 conseils d’Adrien Théaux

Préparez-vous aux activités de montagne avec Adrien Théaux, skieur de Val Thorens et membre de l'équipe de France de Ski ⛷
En savoir plus
Publié il y a 1 mois

Le Top 10 des produits savoyards à rapporter à la maison

En savoir plus
Publié il y a 1 mois
Les 3 Vallées